Terramoka : la 15ème capsule vole au secours de la planète

May 30, 2018

 

Selon l’étude de la revue « Scientific reports » publiée en Mars dernier, le septième continent est une masse monstrueuse de plastiques qui dérive en plein Pacifique et s’étale sur une surface équivalente à 3 fois celle de la France. 

Si ces déchets devaient être ramassés, il en ressortirait une masse de 80 000 tonnes.Ce continent attire les animaux marins.Au total 267 espèces sont menacés par ce phénomène en ingérant ces déchets et à terme, sont condamnés.Il est urgent de réagir en changeant nos modes de consommation et en s’engageant dans la collecte de ces déchets plastiques en mer.

 

 

Notre 15ème capsule fait un geste pour l’environnement.

 

 

TERRAMOKA s’engage à reverser les bénéfices de celle-ci à une des trois associations qui vient en aide à la sauvegarde de la planète.

Il suffit pour cela, de voter sur notre site : www.terramoka.com et ainsi de choisir son association : les recettes seront réparties au prorata des votes.

 

Voici les feuilles de route de Plastic Odyssey, Surfrider et Earthwake dans le cadre d’opérations de la protection de la nature et d’aide au développement durable, menées par des français.

 

 

Plastic Odyssey : transformer le déchet en ressource

 

Son fondateur, Simon BERNARD, ingénieur français de 26 ans lancera dès septembre 2019, son catamaran dépollueur.

 Sa mission consistera à récolter, stocker puis changer le plastique en carburant avec un procédé embarqué innovant totalement autonome et capable de fournir près de 1 tonne d’essence par jour.

 Une mission titanesque si l’on en croit les scientifiques qui prédisent qu’en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan !

 L’innovant bateau de 25 mètres qui écumera pendant 3 ans les côtes les plus polluées d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud est également un laboratoire pour élaborer et tester des machines open-source libres de droit, destinées à aider le développement économique local lors des 33 escales prévues par Plastic Odyssey. Comme sur le catamaran, les déchets collectés par les entrepreneurs locaux pourront grâce à une machine à pyrolyse être transformés en carburant qui alimentera à son tour une machine de fabrication d’objets en plastique recyclé - bassines, poteaux, tuiles de toit, briques,…- . Quand le déchet est utilisé et valorisé par l’économie locale, la nature va mieux !

 

Surfrider milite pour la pureté de l’eau

 

Créée par des surfeurs de la région de Biarritz, Surfrider anime des réseaux de bénévoles qui sensibilisent le grand public aux pratiques environnementales en relation avec l’eau des lacs des rivières et des mers. Dans ce but, l’association militante organise de collectes sur les plages et exerce une action de lobbying pour la protection du littoral et la réduction des nuisances du transport maritime. Sa campagne de sensibilisation « Ban the Bag » vise à inciter le grand public à ne plus utiliser de sacs plastiques à usage unique dont plus de 8 milliards d’exemplaires finissent dans la nature chaque année.

 

 

Earthwake associe dépollution et lutte contre la pauvreté

 

Co-fondée par le comédien Samuel le Bihan, Earthwake a pour ambition d’ici 2020 de recycler 15 000 tonnes de plastiques qui ne rejoindront pas les océans et créer 4000 emplois dans trois pays d’Afrique de l’Ouest. L’idée est de transformer les déchets plastiques en ressources pour inciter à leur ramassage et créer des filières de recyclage générant des emplois locaux : création de centres de recyclage, usine de fabrication low tech, menuiserie plastique avec label de commerce équitable de matières recyclées.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents

October 21, 2019