Cette année encore, TERRAMOKA célèbre la journée mondiale des Océans le 8 juin 2020.

June 8, 2020

 

Pour nous, le Covid 19 nous rappelle les priorités et les combats que nous devons mener pour changer nos habitudes de consommation et notamment pour réduire nos déchets plastiques.

 

Aujourd’hui plus encore, nous avons un rôle à jouer pour réduire notre impact sur l’environnement.

Avec ce confinement, la planète a respiré davantage, la pollution s’est réduite et la nature a repris place nous offrant des scènes cocasses avec des animaux en pleine rue.

A nous désormais de veiller à ne pas reproduire nos erreurs.

 

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes :

 

  • 8 millions de tonnes de plastique* se retrouvent dans les océans charriés par les fleuves et estuaires. Cela représente un camion d’ordures chaque minute.

  • 100 000 mammifères marins et 1 million d’oiseaux de mer meurent chaque année par l’ingestion de plastique.

  • En 2050 il y aura plus de plastique dans les océans que de poissons.

  • Sous l’effet des courants marins, les plastiques se concentrent pour créer des grandes plaques de déchets, appelées aussi « vortex ». Il en existe actuellement 5 dont la plus importante : celle du Pacifique Nord, 2 fois plus grande que le Texas.

     

     

     

 

Et demain ?

 

Des avancées sont saluées comme l’interdiction depuis cette année en France du plastique à usage unique. Il faut encore persévérer pour optimiser le recyclage en France et donner l’exemple de pratiques vertueuses.

En 2019, à peine 24 % du plastique est recyclé et 32.5 % est enfoui. Les déchets d'emballages sont même de plus en plus enfouis : après une baisse quasi continue entre 2006 et 2016, cette solution de fin de vie particulièrement peu satisfaisante est passée, pour ces produits, de 572 000 tonnes à 621 000 tonnes entre 2016 et 2018. ** 

 

Des solutions existent pourtant comme le matériau bio sourcé, biodégradable en compost industriel et ne présentant pas d’impact pour le sol au même titre que les bio déchets.

Valoriser ces déchets en substrat, c’est redonner à la terre ce qu’elle nous confie.

 

Bientôt d’autres avancées seront possible puisque nous présenterons prochainement la 1 ère capsule certifiée « home compost » dégradable dans un compost familial.

A nous de nous réinventer et de trouver des solutions pour demain.

 

(*) source : Nations Unies

(**) Source : l’Usine Nouvelle

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents

October 21, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags